Geoparque Unesco

Le modelage karstique

Les roches carbonatées (calcaires et dolomies), entre autres, se dessoudent facilement si l'eau de pluie incorpore de l'acide carbonique avant de les attaquer. A Sobrarbe les reliefs formés par des roches carbonatées abondent, entre autre le massif de Cotiella et le massif de Monte Perdido, le plus haut de l'Europe. Le modelage karstique est aussi développé au Castillo Mayor et à la Peña Montañesa.

Modelage karstique extérieur au Cirque d’Armeña. (Photo de Carles Pons, ACEC).

Le paysage karstique en surface se reconnait pour son manque d'eau et ses irrégularités typiques du terrain: lapiazés, dolines, puits, sources, etc. Mais les résultats plus spectaculaires sont les grottes avec de beaux speleothems dans les massifs calcaires de Sobrarbe, certains connus internationalement.

  • Système Arañonera.
    Dans le secteur oriental de la Sierra de Tendeñera (municipalité de Torla).
  • Sima C-9 du Torrente de la Payón.
    Dans la Sierra de las Sucas (municipalité de Puértolas).
  • Grotte de Casteret.
    À la base SW du pic de Casteret, dans la zone de Marboré (municipalité de Fanlo).
  • Système des sources d’Escuaín.
    Dans le massif montagneux des Sucas, entre le cirque de Gurrundué et le canyon Angonés (municipalité de Tella-Sin).
  • Grotte de los Moros.
    Dans la vallée d’Añisclo, près de la confluence des rivières Aso et Bellós (municipalité de Fanlo).
  • Système de Punta de las Olas.
    Il est situé au SE du massif de Monte Perdido (municipalité de Fanlo).

Grotte du Moro. De nombreuses simas et grottes constituent le paysage souterrain du Géoparc.

Dans les grottes ressortent les formations rocheuses créées par la persistance des gouttes d'eau (speleothems). Lorsque l'eau arrive à l'air de la grotte (zone d’aération), une partie du dioxyde de carbone dissout s'échappe de la goutte et se précipite en carbonate de calcium (calcite). Les stalactites sont des speleothems qui pendent du plafond et se forment là où l'eau se filtre à travers des trous. D’un autre coté, les stalagmites se forment dans le sol et grandissent par l'accumulation de matériel vers le plafond. Avec assez de temps, une stalagmite et une stalactite peuvent s’unir et former une colonne.

Sima A-88. (Photo de Carles Pons, ACEC).

Les résurgences sont d’autres manifestations spectaculaires du karst. Il faut remarquer la source thermale de Puyarrueyo, les sources de la vallée d’Escuaín ou la source qui est dans la municipalité de Tella, près de la grotte qui abrite le site de l'ours des cavernes (Ursus spelaeus). A la source de la rivière Irués se trouvent les surprenantes sources de Fornos et le sporadique Chorro (jet).

La plupart des grottes sont seulement accessibles par des spéléologues experts, prêts à surmonter de profondes simas ou des étroits passages. Il y a des exceptions, comme la grotte des Moros, au moulin d’Aso, et celles de Manatuero et Malapreciata près de Buerba.

Les plus importants systèmes karstiques sont installés au nord et au nord-ouest de la région de Sobrarbe, installés en trois niveaux stratigraphiques:

  • (1) Dévonien-Carbonifère
  • (2) Crétacé-Paléocène
  • (3) Eocène.

Pour la préservation et la promotion du patrimoine karstique au Sobrarbe, le Parc Géologique des Pyrénées collabore avec des travaux spéléologiques et de diffusion. Comme résultat de cette collaboration, le 6 décembre 2008 l'exposition itinérante "COTIELLA, La mer de pierre" s’est inaugurée dans le village de Plan. Cette exposition résume 40 ans de recherche sur le modelage karstique de ce massif.

Panneau de l'exposition produite par l'Association Scientifique de Spéléologie de Cotiella:

Avda. Ordesa 79. 22340 Boltaña. Huesca. 974 518 025.