Geoparque Unesco

Le modelage fluvial

A Canciás ou à Olsón nous pouvons encore voir les conglomérats qui ont été formés à partir des premiers sédiments que les rivières ont arraché des montagnes des Pyrénées récemment élevées, principalement dans l'Oligocène. Ces conglomérats avaient occupé une grande partie de la région et ils ont protégé de l'érosion les roches les plus anciennes pendant un certain temps. Lorsque les forces de compression se sont arrêtées les rivières se sont encaissées avec force, provoquant l’érosion et transportant ces matériaux jusqu’au bassin de l'Ebre, qui s’ouvrait à la mer Méditerranée dans le Miocène. Finalement, dans le Pliocène le réseau fluvial s’est configuré comme nous le connaissons aujourd'hui.

Etages de la rivière Arazas dans le Parc National d'Ordesa et Monte Perdido.

Les rivières de Sobrarbe ont un comportement unique en Europe, avec des changements de débit très irréguliers, de plus de 100 fois les valeurs moyennes. Les causes sont très variées (orages d’été et d’automne, pluies d'hiver qui fondent la neige, etc...).

Canyon d’Añisclo sculpté par la rivière Bellos

Les changements saisonniers des débits des rivières qui naissent au nord du Sobrarbe (Cinca, Ara, Cinqueta etc), en particulier les cours supérieures, sont influencés par la neige des sommets. Ces rivières ont un débit maximal à la fin du printemps avec l'eau du dégel, et son débit est minimal en été et en hiver.

Celles qui sont nées au sud, dans le Biello Sobrarbe (l’Alcanadre, l’Isuala ou Balcés, et le Vero), dépendent presque entièrement des pluies typiques de la zone Méditerranéenne, plus fréquentes au printemps et en automne. Le maximal principal se produit au printemps quand le dégel s’ajoute aux pluies de cette saison. Ces crues sporadiques s’appellent «mayencos» en Aragón, et se produisent pendent la saison quand les gents transportait le bois des hautes vallées aux usines près de la côte en descendant les rivières avec des radeaux.

Le patrimoine fluvial du Géoparc est riche et varié. Parmi les paysages fluviaux se trouvent les glaciers d’Ordesa, d’Añisclo, de Pineta, de Barrosa, d’Otal, etc. Les cours tressés, avec de gros graviers de galets forment quelques-uns des meilleurs exemples d'un modelage fluvial qui en Europe est menacé par les barrages et la régulation artificielle des débits. Au niveau international, nous pouvons aussi faire ressortir les canyons et les gorges: Los Navarros, Escuaín, Añisclo, Las Devotas, Jánovas, Balcés, Vero, etc...

La plupart de Sobrarbe appartient au basin de la rivière Cinca, depuis sa source jusqu'au barrage d’El Grado. Ce basin comprend les bassins complets de ses principaux affluents: Ara, Cinqueta, Yaga, Bellos et Susía, en plus des bassins incomplets des rivières de La Nata, Usía, Alcanadre, Balcés et Vero.

Figure 36-1. Cours supérieur de la rivière Ara à Bujaruelo.

La rivière Cinca est née dans le glacier de Monte Perdido, puis se précipite avec un grand saut sur la vallée glaciaire de Pineta où elle développe un large lit tressé. Au sud de Bielsa commence un tronçon marqué par des changements de pente et des canyons (comme celui de Las Devotas). Il y a beaucoup de centrales hydroélectriques qui modifient le débit et changent son cours. Il y a aussi un système d'au moins quatre terrasses - glacis bien développé dans le cours moyen de la rivière Cinca, dont les niveaux peuvent être corrélés avec les terrasses des rivières Noguera Ribagorzana et Gállego.

L’Ara est un système fluvial d’une valeur élevée pour sa continuité, en étant la rivière pyrénéenne la plus longe (67 km) sans aucun barrage. Elle est née sur le coté sud du Pic Meillon et présente une grande diversité dans la géomorphologie de la vallée et du lit, avec des zones étroites et ouvertes, tressées et méandriformes.

La rivière Ara fonctionne bien comme une rivière, ce qui est sa plus grande valeur et ce qui la distingue des autres rivières des Pyrénées, modifiés par des barrages et des détournements de débit. En plus des valeurs environnementales, écologiques et bioclimatiques de l’Ara il faut ajouter sa qualité géomorphologique inhérente, qui dans la zone entre Fiscal et Jánovas se manifeste dans son lit, sa dynamique de ses couches sédimentaires, ses cônes et ses terrasses.

Cours tressé de la rivière Ara avant d'arriver au Congosto de Jánovas. La rivière Ara est la rivière pyrénéenne moins modifiée par l'homme.

La qualité géomorphologique de la zone entre Fiscal et Jánovas est très élevée par le caractère naturel et l’efficacité de fonctionnement de la rivière. Cette zone peut être considérée comme un modèle de référence pour l'évaluation hydro-morphologique de la Directive 2000/60/CE. Dans les différentes évaluations réalisées par le Gouvernement d'Aragón et la Confédération Hydrographique de l'Ebre (Ollero et al., 2006; Ollero et al., 2007), la zone Fiscal-Jánovas a atteint une bonne valorisation hydro-morphologique.

Le gouvernement aragonais a approuvé en 2005 que la vallée de la rivière Ara, dans l’entourage de Jánovas, soit déclarée Site d'Importance Communautaire (SIC). Cette zone comprend 329 hectares et contient le lit entre Fiscal et Jánovas et le canyon des Guargas de Cajol. Cette zone servira à unir l’actuelle SIC de la Vallée de Broto, de 160 hectares, et le SIC de la rivière Ara, qui a 1530 hectares.

La rivière Cinca se comporte comme un lac artificiel dans le réservoir de Mediano. Sur ses rives nous pouvons apprendre les différents processus à petite échelle de la dynamique fluviale et côtière, comme une sorte de classe de nature.

Avda. Ordesa 79. 22340 Boltaña. Huesca. 974 518 025.