Geoparque Unesco

Le modelage glaciare et periglaciare

Un glacier alpin est une épaisse couche de glace qui se forme dans les zones de montagne après la compaction et la recristallisation de la neige, et qui flue par les vallées qui ont été généralement occupées d’abord par des cours d'eau. Les glaciers ont leur origine dans des zones où il tombe plus de neige que celle qui fond en été.

Le pouvoir érosif de la glace en mouvement est énorme. Les glaciers érodent le substrat rocheux en arrachant des fragments de différentes tailles, ou bien en moulant et en grattant (abrasion) la superficie comme une grosse lime. Les formes érosives sont faciles à reconnaître, comme par exemple les vallées glaciaires (avec ses profils typiques en "U"), les vallées suspendues, les lacs («ibones» en Aragón), les cirques, les aristés, etc.

Les formes sédimentaires glaciaires plus intéressantes sont les moraines, qui se trouvent en différentes positions de la langue glaciaire (moraines latérales, centrales, de profondeur, terminales). Ce sont des sédiments peu consolidés et désorganisés, formés par des fragments de roche angulaire de toute taille, entourée d'une matrice de sable. Les moraines terminales ont la forme d'un arc et nous donnent des informations précieuses sur la grandeur maximale du glacier, son épaisseur et les phases de recul jusqu’à disparaître.

Il y a 60000 ans, pendant le dernier maximum glacial du Pléistocène dans les Pyrénées (Sancho et al., 2003), les langues de glace des glaciers descendaient par les vallées de Sobrarbe, et arrivaient jusqu’à Planduviar et Las Devotas. Le paysage du nord du Géoparc montre beaucoup de formes héritées de l'âge glaciaire. Depuis lors, les glaciers ont reculé jusqu’à leur réduite expression actuelle, à l'exception de brèves périodes quand le climat froid favorisait un développement notable mais très court.

Les glaciers du Haut-Aragón sont les derniers glaciers de la péninsule et les plus au sud de l'Europe. Même si, du au réchauffement de la planète ils sont en train de disparaître rapidement, ils forment encore des écosystèmes singuliers avec des espèces uniques et de grande valeur. En étudiant leur évolution nous pouvons obtenir des informations qui nous aident à comprendre le changement climatique.

Pour ces raisons, tous les glaciers des Pyrénées aragonais ont été déclarés Monuments Naturels par la Loi 2/1990 des Cortes de Aragón. Apres elle a été modifiée et la zone protégée a été agrandie. hÉlargissement de 2007 et la modification du Plan de protectionp>

Figure 34. Vallée d’origine glaciaire de Cotatuero, dans le Parc National d'Ordesa et Monte Perdido. ??

Dans les endroits précédemment occupés par les glaciers, où le froid et le gel sont encore présents, la glace et l'eau s’alternent pour modeler le paysage.

Quand l'eau qui pénètre dans les fissures des roches se gèle, son volume augmente et fait pression sur les parois de la fissure. Si ce processus se répète, les fissures s’élargissent jusqu’à se qu’elles cassent les roches en fragments anguleux (gélifiâtes ou cryoclasties). Ce processus de gel et dégel peut aussi affecter le sol (cryoturbation). Aujourd’hui nous pouvons considérer que le domaine périglaciaire domine dans les Pyrénées au-dessus des 1.900m.

Si l'eau qui trempe le sol subit des cycles de gel - dégel, le sol peut se déplacer de façon irrégulière vers le bas des versants. Parmi les formes périglaciaires qui sont créés il faut mentionner les formes polygonales, les petites terrasses périglaciaires ou les "chemins de vache".

Quand le flux d'eau de fusion déplace les sédiments déposés directement par un glacier, des couches de fragments classés qui s’appellent affouillements stratifiés peuvent se former (grèses et groies litées) qui sont communs dans les versants sud.

Figure 35. Modelage périglaciaire. Affouillements stratifiés entre Silves et Aguilar. ??

Les formes les plus spectaculaires du paysage périglaciaire sont les accumulations rocheuses sous la forme de langue: les glaciers rocheux. Leur origine est liée aux anciens glaciers qui sont restés couverts de gélifiâtes sur les parois du cirque glaciaire. Un exemple bien conservé se trouve dans la face nord de la Peña las Onze, dans le massif de Cotiella.

Les endroits rocailleux sont aussi d’origine périglaciaire. Ce sont des accumulations désordonnées de fragments de roches de différentes grandeurs, qui couvrent de nombreux versants de montagnes. Ces accumulations se développent surtout sur des roches qui se cassent facilement (calcaires, granites, roches métamorphiques). Au pied des massifs escarpés, en faveur des fractures, des cônes d’affouillements peuvent se former. Nous pouvons trouver ces affouillements dans des zones basses de la montagne qui sont témoins d'anciens épisodes de climat froid.

Avda. Ordesa 79. 22340 Boltaña. Huesca. 974 518 025.